Pub FB

Bonjour, bonjour,

Peu importe la modernité que la fête peut revêtir, Noël restera toujours synonyme de traditions très anciennes. Voyons de plus près quelques traits majeurs du Noël finlandais, depuis le début décembre jusqu’au lendemain de la grande fête !

Après le premier dimanche de l’Avent, les décorations de Noël sont visibles un peu partout ; une multitude de petites fêtes, appelées "petits noëls", entre amis ou collègues précèdent la grande fête. Il y a aussi le jour de l’indépendance, fête nationale ; célébrée le 6 décembre, la date coïncide avec la Saint-Nicolas.

 

L’étape suivante, à l’approche de Noël, est la Sainte-Lucie, célébrée le 13 décembre. Elle fait place à une belle procession chantante, conduite par une jeune fille revêtue d’une aube blanche et coiffée d’une couronne ornée de bougies. C’est de Suède qu’est venue la fête aujourd’hui célébrée en Finlandev; sa célébration à la mi-décembre s’inscrit parmi les fêtes qui marquent la période de Noël.

 

Selon la légende, Lucia aurait été, à l’origine, une jeune Sicilienne. Elle aurait défié son père en refusant d’épouser l’homme que celui-ci avait choisi pour elle. Lucia serait morte en martyre, ce que symbolisent les flammes des bougies de la procession.

La veille de Noël

Dans les Pays nordiques, c’est le 24 décembre, c’est à dire la veille de Noël que culminent les célébrations de la grande fête. Les traditions finlandaises font place au bain à l’étuve - le sauna de Noël - et à la préparation du réveillon. Le grand moment de la soirée, c’est bien sûr l’arrivée du Père Noël qui frappe à la porte des logis et demande invariablement : "Y a-t-il ici des enfants sages ?".  Dans chaque foyer, bien sûr, il n’y a que des enfants sages qui, tous, reçoivent alors des cadeaux.

La veille de Noël étant le jour le plus important de cette période de fête, c’est à midi qu’est proclamée la ”Paix de Noël” à Turku, la plus ancienne ville du pays. Cette tradition remonte au 13ème siècle.

Le son des cloches de la cathédrale de Turku s’entend dans de nombreux foyers finlandais car beaucoup de téléspectateurs suivent l’événement en direct. Puis la fête commence.

Le jour de Noël et après

Le jour de Noël est consacré au repos et à la détente, souvent en lisant les livres apportés par le Père Noël et en mangeant les restes du réveillon. Chacun attend le lendemain de Noël, la Saint Etienne, célébrée le 26 décembre, pour rendre visite aux amis et à la parenté. Et si le temps le permet, certains vont assister à des événements en plein-air, organisés par des sociétés qui s’emploient à perpétuer les traditions.

 

Selon la légende, Stéphan Us (devenu saint Étienne) aurait été un palefrenier du roi Hérode. C’est pourquoi on voit en lui, en Finlande et ailleurs, le saint patron des chevaux et des cavaliers. A la Saint Etienne, les chevaux sont fêtés et associés aux célébrations de Noël. Jadis, les chevaux tiraient les traîneaux qui transportaient ceux qui allaient rendre visite aux amis ou à la parenté ; aujourd’hui encore, ces courses en traîneaux font partie de la fête.

Ne pas oublier l’arbre !

L’arbre de Noël fait son entrée dans les foyers, le 24 décembre au plus tard. Une étoile est placée au faîte de l’arbre dont les branches sont décorées : friandises, lutins, étoiles et même des pommes.

En effet, dans le calendrier finlandais, Adam et Eve sont également fêtés la veille de Noël. Les hobereaux et les citadins commencèrent à adopter l’arbre de Noël dans les années 1820. La plus ancienne référence à sa présence dans un foyer remonte à 1829 : le baron Klinckowström, dignitaire d’Helsinki, en plaça huit dans les locaux où il recevait.

 

La population, dans son ensemble, fit sienne la tradition dans les années 1870, d’abord dans le sud-ouest puis dans les autres régions. Au début du 20ème siècle, la présence de l’arbre de Noël dans quasiment tous les foyers finlandais était générale.

En 1894, un arbre de Noël fut exposé en public dans la ville de Tampere. Les autorités d’Helsinki en placent un, chaque année, sur la Place du Sénat, depuis 1930.

Helsinki a également fait don à Bruxelles d’un arbre de Noël, à partir de 1954, tout comme Oslo, capitale de la Norvège, en envoie un à Londres, où il est érigé à Trafalgar Square.

Repas de Noël en Finlande

Les Finlandais commencent la fête de Noël par manger de la bouillie de riz pour le petit déjeuner, ce qui est similaire au riz au lait français. En Finlande – comme en Suède et au Danemark – une amande est cachée dans le bol de porridge et celui qui la découvre peut faire un vœu. Habituellement, le porridge est servi avec de la cannelle, du sucre, du lait froid ou du jus de fruits.


Le repas traditionnel de Noël en Finlande se compose d’une sélection de poissons, incluant du saumon frais salé, qui est chaud ou froid, du saumon fumé et du hareng en conserve assaisonné de manières différentes (à la tomate, à la moutarde et à la sauce à l’oignon). En outre, de nombreuses familles mangent du corégone ou du chevreuil avec des oignons, de la crème aigre et du poivre.


Le rosolli est une salade incluse dans le repas traditionnel de Noël en Finlande. Elle se compose de betteraves, carottes, pommes de terre, pommes et cornichons. La table de Noël finlandaise se compose de divers plats mijotés : pommes de terre (sucrées ou non), carottes, navets et du foie. Dans presque chaque famille il y a du jambon de Noël avec de la moutarde. Une autre option lors du repas de Noël est la dinde.

Pour le dessert, les Finlandais mangent avec plaisir du pain d’épices, des biscuits de Noël au chocolat et à la confiture de prune. Le pain traditionnel pour la fête de Noël, le limppu, se compose de sirop et de farine de seigle, et ne doit également pas être absent. Tout comme le Glögi, le vin chaud finnois.

 

Les douceurs sont de mise en hiver !

Le Noël finlandais ne serait pas à la hauteur de sa réputation sans les fameux biscuits à la cannelle de toutes tailles et aux nombreuses formes différentes. Les effluves du pain d’épices tout juste sorti du four et du vin chaud à la cannelle, à quoi s’ajoute la bonne odeur du feu de bois allumé pour chauffer le sauna, annoncent à coup sûr l’approche de la plus grande fête familiale de l’année. Il n’en faut bien souvent pas plus pour se sentir déjà merveilleusement bien.

Mon calendrier de l'Avent Zen

La boisson qui se boit le plus habituellement en fin d’année est le vin chaud aux épices, appelé “glögi” en Finlande.

On le prépare habituellement avec du vin rouge ou bien un jus de fruits rouges ou de baies rouges, à quoi s’ajoutent différentes épices comme la cardamome et la cannelle, le tout agrémenté de quelques raisins de Corinthe et d’amandes émincées.

 Pour 2 personnes

Vin rouge : 40cl

Clous de girofle : 2

Bâton de cannelle : 0,5 pièce

Sucre en poudre : 40gr

Vodka : 4 cl

Amandes grillées : 20 gr

Raisins secs blonds : 20 gr

Comment faire ?

Verser le vin rouge dans une casserole, ajouter les clous de girofle, la cannelle et le sucre.

Faire chauffer le mélange et le laisser sur le feu pendant 10 min, sans porter à ébullition.

Ajouter la vodka et filtrer.

Servir bien chaud avec quelques amandes et quelques raisins.

Attention l'abus d'alcool est mauvais pour la santé

Hyvää Joulua (Joyeux Noël) et à demain !